Qualification du captage

Nous vous présentons dans le document qui suit notre méthode de qualification du captage…

INTRODUCTION

Un système ferroviaire est généralement conçu par lots et fréquemment exploité par différents acteurs, chacun assumant la responsabilité d’un sous-ensemble. Il est donc indispensable de fixer précisément les limites de chacun de ces sous-systèmes, tant pour la conception que pour l’exploitation.

Dans ce processus, les interfaces et leur validation constituent un point délicat puisque la référence repose sur l’un ou l’autre des sous-systèmes en présence. Ainsi l’interaction entre le matériel roulant et l’infrastructure (voie, signalisation et énergie) doit faire l’objet d’attention particulière et exige une vision systémique pour ne pas passer à côté de problèmes dont les répercussions pourraient nuire à l’exploitation.

Des essais d’intégration pour assurer la pleine compatibilité entre sous-systèmes sont donc indispensables pour garantir un système exploitable dans tous ses modes : normaux et dégradés. En effet, la compatibilité étant une affaire de « couples », des limites s’imposent à chacun des acteurs pour éviter que des problèmes apparaissent au cours « de la vie commune ».

Pour le « train électrique », il y a deux couples essentiels : l’interface pantographe/caténaire et l’interface rail/roue.

A titre d’exemple, pour la première de ces interfaces clés, nous vous présentons dans le document qui suit notre méthode de qualification du captage par les arcs puis par les forces ainsi qu’une application concrète de surveillance en exploitation.

Pour télécharger la suite du document cliquer ici

qualification du captage